L’œuvre d’art «The Ark of Return – l’Arche du Retour» de l’Architecte Rodney Léon a reçu une grande distinction de l’ONU

Published On April 12, 2015 | By Radio Tele Fhaeh | Culture

À l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, l’Organisation des Nations Unies a procédé au dévoilement de « The Ark of Return – l’Arche du Retour », l’œuvre d’art de Rodney Léon, un architecte américain d’origine haïtienne. Cette cérémonie a eu lieu le 25 mars 2015 à l’ONU. Elle s’était déroulée en présence de grands dignitaires dont l’ancien Maire de New York, David Dinkins, le Premier Ministre de la Jamaïque, Portia Simpson Miller.

Il faut souligner que 310 candidats venus de 83 pays avaient participé au concours international pour un mémorial en hommage aux victimes de la traite des noirs. Cette compétition a été organisée par l’Organisation des Nations Unies. L’œuvre de l’Architecte Rodney Léon a remporté le premier prix. Ce monument commémoratif met en relief l’histoire de la plus grande migration d’esclaves vers l’Europe et les Amériques. D’après l’histoire, à bord des navires « négriers » on comptait des hommes, des femmes et des enfants, qui, au cours de la traversée transatlantique, avaient subi de graves sévisses. Beaucoup d’entre eux avaient trouvé la mort. Des historiens crédibles confirment que plus de 15 millions de victimes ont été enregistrées.

Analysant les grands faits liés à l’histoire de l’esclavage, plus d’un pensent qu’il s’agissait d’un voyage sans retour. Pourtant, on imagine la possibilité de retour. Pour cela, il nous faudra une Arche. C’est dans cette perspective que le lauréat du concours, l’Architecte Rodney Léon, a conçu « The Ark of Return – l’Arche du Retour », qui lui a valu ce grand honneur / cette grande distinction de l’Organisation des Nations-Unies. Son œuvre d’art sera gardée en permanence au siège de l’ONU à New York. Ce monument symbolise l’éveil de la conscience collective des fils et filles d’esclaves du monde entier.

Ce serait une grave omission de ne pas mentionner le commerce triangulaire, qui représentait une garantie économique pour l’Europe du temps de l’esclavage. Le trafic d’esclaves était aussi connu sous le nom de traite des noirs. Ce commerce avait grandement marqué l’histoire de l’humanité. Les navires « négriers », avec leur haut volume de cale, transportaient ces esclaves de l’Afrique vers l’Europe et les Amériques (du Nord et du Sud), incluant les Caraïbes. L’Europe avait grandement bénéficié de ce commerce. D’ailleurs, Haïti représentait plus d’un tiers du commerce extérieur français de l’époque.

Rodney Léon s’est, sans doute, inspiré du commerce triangulaire pour créer cette œuvre d’art qui revêt une grande importance pour tous les noirs du monde. L’œuvre « The Ark of Return – l’Arche du Retour» de Rodney Léon nous conduit au cabinet de réflexion pour revisiter notre passé historique et souder les maillons de la chaîne d’union. L’histoire a bonne mémoire. Il faut souligner que l’île de Gorée au Sénégal a été le centre de captivité des esclaves attendant leur exportation vers des continents inconnus. En 1794, le décret d’abolition de l’esclavage a été voté en France. Mais en 1802, Napoléon Bonaparte, voulant maintenir l’esclavage et restaurer l’autorité française, avait organisé l’expédition de Saint Domingue (connu lors sous le nom Hispaniola).

En novembre1803, l’armée napoléonienne essuya la plus terrible défaite, un événement historique que le monde ne peut oublier ou prétendre oublier. Cette grande bataille de Vertières a conduit à l’Independence haïtienne. Le nom Hispaniola a été remplacé par Hayti (Haïti)), quand Jean-Jacques Dessalines déclara l’indépendance de l’Hispaniola de la France en 1804. Au prix du sang de nos ancêtres, Haïti acquit son indépendance et devint la première république noire indépendante de l’hémisphère occidental. L’année 1807 a marqué l’abolition de la traite des noirs aux États-Unis et en Angleterre. L’œuvre de Rodney Léon est un miroir dans lequel l’histoire de l’esclavage est vue dans son ensemble, sans déformation ni détour.

Nous sommes très fiers de l’accomplissement de l’Architecte Rodney Léon. Nous lui présentons nos sincères félicitations. Son succès est aussi celui de tous les Haïtiens et des autres descendants d’esclaves. Pour découvrir le riche univers du fondateur de la firme « Rodney Léon Architects, PLLC », visitez le site : www.rodneyleon.com

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *